Accédez gratuitement à tous les articles et archivez-les dans votre compte.
Vous n'avez renseigné aucun enfant : recevez nos conseils et sélections en indiquant l'âge de votre enfant :

modifier mon compte

mot de passe oublie ?

Imprimer Envoyer à un ami Archiver l'article

Disputes et conflits à l’école

Disputes et tensions font partie des apprentissages de la socialisation. Le tout est de parvenir à repérer quand celles-ci se transforment en réelles difficultés relationnelles.

bébé livre

Écouter l’enfant

Se disputer est un acte « banal ». De plus, cela apprend à interagir avec les autres, à tenir compte de leurs opinions, à faire des excuses si nécessaire, puis à se réconcilier. S’il est déconseillé d’intervenir au moindre accrochage de votre enfant avec l’un ou l’une de ses ami(e)s, certains signes doivent vous alerter : votre enfant est triste ou malheureux depuis quelque temps sans raison apparente, il ne veut plus inviter ses amis à la maison, il perd l’appétit, il dort moins bien, il ne semble pas satisfait de ses journées et refuse de retourner à l’école… Demandez-lui pourquoi sans insister s’il ne veut rien vous dire. Rappelez-lui qu’il peut vous en parler quand il le désire et que vous êtes là pour l’aider. Dites également que cela arrive à tout le monde de se disputer, mais qu’il y a souvent moyen de rattraper ce qui s’est passé (en faisant le premier pas par exemple) et que savoir se réconcilier est même une preuve de maturité. Cependant, c’est à votre enfant et non à vous de faire cette démarche de réconciliation !

En cas « d’agression »

Même à la maternelle, on trouve déjà parfois des « petits durs » qui font régner leur loi sur des enfants moins agressifs et à qui l’on a appris qu’il ne faut pas se bagarrer.
Si votre enfant a été agressé par un autre enfant de l’école, vous devez considérer qu’il s’agit d’une situation anormale et réagir. Commencez par écouter votre enfant : pour diminuer son stress, il va extérioriser ses émotions en vous racontant comment il a ressenti les événements (s’il a eu peur, s’il a eu mal, s’il a pleuré…) N'hésitez pas à le cajoler afin qu'il se sente physiquement en sécurité. Vous pouvez lui expliquer ensuite que cela arrive à d'autres, y compris des adultes pourtant très forts, afin de le déculpabiliser de ne pas avoir su prendre le dessus. Rappelez-lui aussi que, de toute façon, il n’a pas le droit de se battre. Si vous le jugez nécessaire, vous pouvez rencontrer son instituteur ou le directeur de l’école : certains enfants ont parfois besoin d’être surveillés de près et c’est là un problème d’adultes, pas un problème d’enfant !

 

La phobie scolaire

Contrairement au « refus scolaire » qui est ponctuel et toujours lié à un événement relatif à l'école (comme une dispute avec un camarade par exemple), la phobie scolaire traduit une pathologie anxieuse : l'enfant est généralement d'accord pour aller à l'école mais au moment même de partir, il est submergé par l'angoisse et invoque n'importe quel prétexte – mal de tête ou au ventre – pour ne pas sortir de chez lui. Une thérapie comportementale avec un psychologue permet en général de résoudre ce problème.

(photo © Laurence Mouton) 
 
Imprimer Envoyer à un ami Archiver l'article

rejoignez-nous-sur-facebook

Le train de la parentalite 2017

livre personnalise tchoupi

activité montessori pour bebe

notre-selection-livres-a-la-maternelle

Articles les plus consultés
fermer
J'ai déjà un compte Grandir avec Nathan
Je souhaite créer mon compte
Je souhaite m'inscrire sans recevoir la newsletter Grandir avec Nathan
Merci d'avoir voté pour l'activité
Multipliez vos chances de gagner au tirage au sort
en partageant votre activité préférée avec vos amis.

Par email