Accédez gratuitement à tous les articles et archivez-les dans votre compte.
Vous n'avez renseigné aucun enfant : recevez nos conseils et sélections en indiquant l'âge de votre enfant :

modifier mon compte

mot de passe oublie ?

Imprimer Envoyer à un ami Archiver l'article

La récré : quand elle devient source d'angoisse

Quand on demande aux enfants quel moment ils aiment le moins à l’école, certains répondent : « La récré. » Pourquoi en arrivent-ils à redouter ce qui devrait être un moment de détente ?

enfants angoisse recreation

Des études ont montré que dans une cour de récréation, les garçons (en majorité) occupaient la plus grosse partie de l’espace alors que les filles (mais il y a bien sûr des exceptions) étaient confinées sur une petite surface. Dans certaines écoles, des jeux de cour sont autorisés (ballons en mousse, cerceaux…) et les « footballeurs » en herbe deviennent alors encore plus envahissants ! Et si votre enfant éprouve des difficultés à s’intégrer, il n’en faut pas plus pour qu’il se sente « agressé ».

Appréciez la situation

Lorsqu’un enfant se plaint de la récréation, il faut d’abord relativiser : ce n’est pas parce que vous attendiez ce moment avec impatience lorsque vous étiez à l’école que votre enfant doit également l’adorer ! En outre, la récréation est un moment particulièrement bruyant qui ne convient pas forcément à tous.

La situation est un peu plus inquiétante quand un enfant « déteste » la récréation au point de la redouter et de chercher systématiquement des moyens de l’éviter (en demandant par exemple à rester en classe pour finir un exercice). Ou encore s’il vous dit tout à coup que la récré « c’est nul », qu’il en a assez ou qu’il ne veut plus sortir dans la cour de l’école, lui qui jusqu’à présent ne jurait que par elle.

Discutez avec votre enfant

Vous pouvez lui dire que vous trouvez dommage qu’il n’aime pas les récréations. S’il vous répond qu’il n’a aucun problème mais qu’il préfère la classe, s’il continue d’inviter des amis à la maison et que ses progrès sont satisfaisants, ce n’est sans doute pas bien grave ! Vous pouvez toutefois en discuter avec d’autres parents d’élèves. Parfois on a la surprise d’apprendre que d’autres enfants éprouvent les mêmes réticences parce qu’un petit groupe d’élèves les ennuie, les bouscule ou leur « vole » leur ballon, leur élastique ou leurs billes. Il suffit dans ce cas d’alerter les représentants de parents d’élèves et le directeur de l’établissement pour qu’une solution soit trouvée.

Enfin, si votre enfant boude la récréation parce qu’il s’est disputé avec ses amis, vous pouvez lui proposer d’inviter tout ce petit monde à un goûter pour les aider à repartir du bon pied. En revanche, ne prenez pas d’initiative à son insu, il pourrait très mal le prendre !

 

Les signes d’isolement

Dans certains cas, heureusement « exceptionnels », l’enfant s'isole et ne veut plus voir aucun ami, ses résultats sont en chute libre et il pleure beaucoup. N'hésitez pas à le réconforter en lui redisant souvent que vous l’aimez (il a besoin de l’entendre) et pensez à l’emmener voir le médecin. Les dépressions ne sont pas fréquentes à cet âge, mais elles existent et méritent toujours une réponse adaptée. Ce peut être aussi le signe d’un traumatisme (agression, racket…).
(photo © Laurence Mouton) 
 
Imprimer Envoyer à un ami Archiver l'article

rejoignez-nous-sur-facebook

Le train de la parentalite 2017

livre personnalise tchoupi

activité montessori pour bebe

notre-selection-livres-a-la-maternelle

Articles les plus consultés
fermer
J'ai déjà un compte Grandir avec Nathan
Je souhaite créer mon compte
Je souhaite m'inscrire sans recevoir la newsletter Grandir avec Nathan
Merci d'avoir voté pour l'activité
Multipliez vos chances de gagner au tirage au sort
en partageant votre activité préférée avec vos amis.

Par email