Accédez gratuitement à tous les articles et archivez-les dans votre compte.
Vous n'avez renseigné aucun enfant : recevez nos conseils et sélections en indiquant l'âge de votre enfant :

modifier mon compte

mot de passe oublie ?

 
 
Imprimer Envoyer à un ami Archiver l'article

Identifier la dyslexie

Près de 10 % des écoliers présentent une dyslexie, légère à sévère, qui gêne plus ou moins les apprentissages. Tout l’enjeu est d’établir ce diagnostic « délicat » à temps.

enfant dyslexique

Tout élève qui présente des difficultés d’apprentissage de la lecture (15 % des écoliers) n’est pas nécessairement dyslexique mais il est en même temps primordial de détecter très tôt les élèves en difficulté.

Il n’y a pas une mais « des » dyslexies

En ce qui concerne la vraie dyslexie, dans 2 cas sur 3 environ, l’enfant a du mal à établir la relation entre les lettres et les sons (on parle de dyslexie phonologique). Dans 10 % des cas, c’est plutôt la forme de la lettre qui est mal reconnue (dyslexie visuelle) et dans 20 % des cas – les plus sévères – ces deux formes sont liées (dyslexie mixte). En pratique, la dyslexie se traduit par des difficultés pour apprendre à lire et ensuite, par une mauvaise compréhension d’un texte en première lecture surtout, des inversions de lettres et de syllabes, des confusions avec les lettres « à boucle », de nombreuses erreurs de copie, l’impossibilité de bien mémoriser les mots, sans oublier des difficultés pour se relire.
Il semblerait que les zones cérébrales connues pour être associées à la lecture sont moins bien activées chez les enfants dyslexiques. Le facteur héréditaire (présence de cas de dyslexie dans la famille) est important mais n’explique pas tout. 

Un bilan spécifique

Les enfants dyslexiques se voient souvent reprocher à tort de ne pas travailler suffisamment leurs leçons, d’être « brouillons », étourdis, etc. À force d’être ainsi culpabilisés, certains se retrouvent en grande souffrance psychologique.
Un bilan spécialisé effectué par un orthophoniste ou un neuropsychologue peut être nécessaire dès le début de l’apprentissage de la lecture, lorsqu’un enfant prend anormalement du retard, ou plus tard vers 7-8 ans. Des aménagements scolaires pourront être mis en place afin de ne pas le pénaliser dans toutes les matières à cause de ses difficultés de lecture. En outre les enfants présentant une dyslexie sévère peuvent prétendre à un tiers temps supplémentaire lorsqu’ils passent des examens (le médecin scolaire doit remplir un dossier auquel vous devrez joindre notamment un bilan orthophonique récent).
De votre côté, n’hésitez pas à rencontrer l’enseignant de votre enfant pour lui expliquer la situation et le tenir informé des bilans effectués. 

 

Ne mettez pas tout sur le compte de la dyslexie !

Tous les mauvais lecteurs ne sont pas des dyslexiques ! Un enfant peut rencontrer des difficultés à l’écrit pour d’autres raisons : difficultés de langage, troubles moteurs ou psychologiques par exemple. Par ailleurs, certains enfants dyslexiques ont besoin de s’agiter en classe et risquent de passer pour des enfants hyperactifs alors qu’il n’en est rien.
(photo © Perrush / fotolia)
 
 
Imprimer Envoyer à un ami Archiver l'article
 

rejoignez-nous-sur-facebook

livre personnalise tchoupi

activité montessori pour bebe

notre-selection-livres-a-la-maternelle

Articles les plus consultés
 
fermer
J'ai déjà un compte Grandir avec Nathan
Je souhaite créer mon compte
Je souhaite m'inscrire sans recevoir la newsletter Grandir avec Nathan
Merci d'avoir voté pour l'activité
Multipliez vos chances de gagner au tirage au sort
en partageant votre activité préférée avec vos amis.

Par email